Editorial

Pédiatres du Monde au centre d'hébergement d'urgence … 

 

 

Pédiatres du Monde est engagé aux côtés du SAMU Social, EMMAUS solidarité, la Croix Rouge Française, Gynéco sans Frontières et l’ARS IDF pour la prise en charge des enfants de familles migrantes au Centre d’hébergement d’urgence des familles d’Ivry. Hélène de Leersnyder est responsable de la coordination de cette action avec Philippe Reinert. De nombreux pédiatres d’IDF s’y sont engagés pour assurer 2 vacations par semaine.
La mission France de PDM s’enrichit donc de cette action en plus de l’action auprès de populations Rroms dans la région Lilloise depuis 2005 coordonnée par Chantal Samaille.

François Corrard a fait avec Hélène De Leersnyder, une des premières consultations. Il nous raconte ici sa première journée. Catherine Salinier, présidente de Pédiatres du Monde lui répond.

"Première matinée au centre des migrants, et premières impressions"
Par François Corrard, pédiatre en Seine et Marne.

1 - un peu le tourbillon. Une ruche de bonnes volontés et beaucoup de monde autour de ces familles.

Geneviève, puéricultrice ayant l’expérience des migrants, me propose d’emblée d’adresser une petite fille au pédopsy pour comportement difficile dans la salle d’attente. Mais lors de l’examen de la famille (1 heure), l’enfant dessine sagement sans problème de sommeil ni d’alimentation.

Un enfant de 7, 8 ans a été adressé un soir en ambulance aux urgences pédiatriques de Kremlin Bicêtre pour toux importante. Retour avec une ordonnance d’Inexium pendant 1 mois (!). L’enfant s’est remis spontanément et n’a pas d’antécédent pulmonaire.

2- La Tour de Babel

Les routes parcourues par ces familles sont impressionnantes ++++

1 an pour venir d’Erythrée (Soudan, Egypte, la barque pour l’Italie, Autriche puis Italie et France avec 2 enfants + 1 naissance en Autriche …). Le mari a été refoulé à la frontière française et cherche à passer …

Arrivée de Norvège avec carnet de santé (vaccinations correctes), de Belgique, d’Allemagne, d’Afghanistan, d’Irak pour une jeune famille en pleine forme.

Dans une petite salle, une dizaine d’enfants scolarisés âgés de 3 ans à 18 ans.

3-Le foisonnement des langues et dialectes. Le pays d’origine ne suffit pas pour savoir dans quelle langue échanger. Une jeune infirmière et une interprète, très dévouées, parlent couramment arabe. Nous avons fait une consultation tous autour d’un portable en ligne avec l’interprète du dialecte de la famille. Efficace.

4-Les quelques enfants vus sont tout à fait eutrophiques, en bonne santé et ont le sourire facile. On a vu des carnets de santé européens bien remplis et rien pour d’autres et sans document. Rattrapage à prévoir.

5- Cadre de travail agréable. Tout est neuf. L’équipement est simple et gagnerait à être complété. J’ai apporté des streptotests et le pèse bébé de Micheline. Prévoir mètre de couture (PC), curettes ORL, la toise à fixer (on a mis un trait).

Merci à Hélène d’avoir été là. Travailler à deux est une nécessité. Il faut un temps pour trouver sa place. Quel est l’important pour ces enfants aux vies morcelées par l’itinérance, les accidents ou les naissances du voyage ? Passer là aussi comme un coup de vent avec un examen somatique, sensoriel rapide où prendre et donner du temps avec interprète pour qu’ils déposent toute leur histoire (la vie là-bas, la transhumance, leur quotidien, leurs espérances). Certainement les deux mais avec un curseur à positionner. Il me semble qu’il faut donner une cohérence à cette étape, pédiatrique (carnet de santé comme document de liaison indispensable, suivi des problèmes, une homogénéité de notre pratique (examen, attitudes, compétences vis-à-vis des pathologies fréquentes selon le pays (parasitologie, infectiologie, dermatologie, …), mais aussi cohérence globale dans l’accueil et l’accompagnement (je ne sais comment cela fonctionne).

6- Le site est remarquable

Petits baraquements avec logements familiaux, douches et lavabos communs et 6 yourtes comme lieux chaleureux de rencontre et de prise des repas. Il semble que les familles ne cuisinent pas elles-mêmes. Les repas sont cuisinés collectivement et servis à des tables pour 4 personnes.

En premières conclusions

Une immersion dans une situation bien différente de nos cabinets, extrêmement riche dans sa diversité humaine, où la pédiatrie a tout à fait sa place et déjà le désir de poursuivre me taraude !

Bien à vous

François Corrard

 

Merci François pour tes premières impressions et réflexions qui va sûrement conforter tous ceux qui s’engagent à Ivry du bien fondé de cet engagement.

Je reprends ta conclusion :

« Une immersion dans une situation bien différente de nos cabinets, extrêmement riche dans sa diversité humaine, où la pédiatrie a tout à fait sa place et déjà le désir de poursuivre me taraude ! »

ça y est tu es PDMisé !!!!

Puisque tu exprimes là ce pourquoi chacun, qui depuis 20 ans que Pédiatres du Monde existe, a contribué à son action en France (Mission Rroms à Lille) ou ailleurs, n’a plus pu résister au désir (et à la nécessité) de poursuivre.

J’ajouterai à tes raisons, celle bien sûr qui fait « commencer » : contribuer à la bonne santé des enfants quand elle est menacée par des raisons diverses selon nos régions ou pays d’action.

Ce qui est différent aussi de nos cabinets c’est que nous n’y sommes pas seuls mais un maillon d’un réseau de soin. Hélène qui a participé pour PDM à absolument toutes les réunions de mise en place entre les très nombreux partenaires de cette action d’accueil d’Ivry en connait la complexité. Le pédiatre, qui a bien l’habitude de la vision globale de l’enfant et qui inscrit pleinement son action dans la notion OMS de la santé (état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité), est ici un acteur parmi d’autres dont chacun a sa spécificité. Il apporte son éclairage mais, comme tu le dis, avec un souci de cohérence globale non seulement dans la prise en charge d’un enfant mais aussi cohérence de l’action de vous tous entre vous, cohérence de l’action du pédiatre avec les autres spécialités médicales et acteurs du secteur social ou éducatif, cohérence entre PDM et les autres actions.

Au nom de Pédiatres du Monde je vous remercie tous de votre engagement.

Merci François de ce récit passionnant et qui, en quelques lignes, pose en filigrane les éternelles et (ou parce que) fondamentales questions de l’action de solidarité internationale !!

Merci Hélène de Leersnyder et Philippe Reinert de cette excellente coordination.

Bien à vous tous

Docteur Catherine SALINIER

Présidente de Pédiatres du Monde